Que retenir du Luxembourg Investment Forum ?

Nous sommes très heureux d’avoir pu accueillir nos clients, partenaires et contacts à l’occasion d’une nouvelle édition du Luxembourg Investment Forum ces 27 et 28 novembre. Autour de la thématique « L’avenir de l’Europe et ses défis », cet événement avait pour objectif d’apporter un éclairage sur les enjeux économiques, sociétaux et environnementaux que doivent actuellement relever nos sociétés, mettant en lumière le rôle de l’investissement dans un contexte de transition.

Nos sociétés, en effet, doivent faire face à de nombreuses crises et défis. Elles sont géopolitiques, énergétiques et climatiques, impactant nos économies autant que nos démocraties. Aux côtés de nos clients investisseurs, il nous semblait plus important que jamais de prendre le recul nécessaire pour bien les appréhender.

Que retenir de ces deux jours riches en échanges ? Nous vous proposons de revenir sur quelques thématiques clés évoquées.

04 décembre 2023

Autonomie stratégique

L’intervention d’Enrico Letta, ancien Premier ministre italien et actuel rapporteur pour l’Union européenne sur l’avenir du Marché Unique, et Claire Lignières-Counathe, ambassadrice de France au Luxembourg, a été l’un des moments forts de la première journée du Luxembourg Investment Forum. Invités à évoquer l’avenir de l’Europe et son autonomie stratégique, nos intervenants sont revenus sur les crises géopolitiques, économiques, énergétiques… qui nous ont secoués ces dernières années. « Le monde autour de nous n’est plus le même que celui qui prévalait encore il y a trente ans, à une époque où nous pensions, peut-être naïvement, que le développement et le renforcement des liens commerciaux avec des acteurs à travers le globe suffirait au maintien de la paix et de la prospérité », a commenté Enrico Letta. Le Brexit, la crise sanitaire, la guerre en Ukraine, la crise énergétique… nous ont fait prendre conscience de notre dépendance au reste du monde et, dès lors, de certaines fragilités. Face aux nombreux défis actuels, l’Europe doit réagir. Pour l’ancien Premier ministre italien, la réponse doit passer par un renforcement du marché unique, à travers la révision ou l’adaptation de nos règles de concurrence. Ces réformes et la mise en place d’un réel marché commun des capitaux doivent notamment permettre à des champions industriels d’émerger et de contribuer à notre souveraineté. «Si nous voulons défendre nos intérêts et nos valeurs européennes à la table des grands acteurs mondiaux, continuons à agir en tant que rule-setter, et éviter de nous retrouver en position de rule-taker, nous devons être unis. Il nous faut pouvoir parler d’une même voix », explique-t-il.

Enjeux climatiques et transition énergétique

Le défi climatique, la nécessité d’opérer une transition énergétique majeure et le rôle de la finance à cet égard, ont été au cœur de nombreuses discussions. En ouverture du forum, nous avons demandé à Bertrand Badré, ancien directeur financier de la Banque mondiale, actuel dirigeant du fonds d'investissement responsable Blue Like an Orange Sustainable Capital, si la finance pouvait changer le monde. « Si vous posez la question à l’ensemble de la population, plus de 99% des personnes vous répondront sans doute qu’il serait déjà pas mal qu’elle cesse de nuire à la planète », a-t-il introduit. Lors de son intervention, il a évoqué l’ampleur du défi à relever et la nécessité de mettre en place des mécanismes nouveaux pour en assurer le financement. « La finance est l'un des outils les plus puissants que nous ayons entre les mains, mais nous devons rester clairvoyants : c'est à la main de contrôler l'outil et non l’inverse », a-t-il expliqué.

Christian de Perthuis, économiste, fondateur de la chaire Economie du climat à l'université Paris Dauphine, est revenu sur les enjeux climatiques qui seront au cœur des discussions de la COP 28 qui vient de s’ouvrir. Pour limiter autant que faire se peut le réchauffement climatique, il s’agit d’accélérer le développement de nouveaux modèles énergétiques, nous permettant de sortir des énergies fossiles, avec un pic à atteindre dans la décennie. Mais il s’agit aussi d’adopter de nouvelles approches autour du carbone vivant, pour préserver les puits de carbone et la biodiversité. À ses yeux, le mécanisme des quotas de carbone est à ce jour l’un des meilleurs outils pour soutenir cette transition.

La finance au service des enjeux de demain

Au-delà de l’évocation des défis, le Luxembourg Investment Forum a mis en lumière les possibilités offertes aux investisseurs d’agir. Si, en l’espace de quelques mois, le contexte économique et financier a fondamentalement changé sur fond de crises, les solutions et stratégies d’investissement s’adaptent elles aussi. Dans ce contexte, on a par exemple assisté au retour en grâce des obligations, offrant à nouveau des perspectives de rendement stable intéressantes. 

D’autre part, il y a aussi lieu d’évoquer le vaste chantier réglementaire européen en matière de finance durable. Celui-ci poursuit plusieurs objectifs. L’un d’eux est de veiller à une meilleure prise en compte des risques environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance dans la mise en œuvre de stratégie d’investissement. Il s’agit aussi d’orienter les investissements vers des activités qui contribuent aux objectifs de développement durable. Cependant, la complexité de cette réglementation peut entraîner une certaine confusion dans le chef des investisseurs. Si l’attrait pour la finance durable se confirme, l’un des enjeux est de s’assurer de pouvoir naviguer dans ce nouvel environnement réglementaire, en veillant à garantir une offre de conseils et de produits ESG compatibles avec les différentes motivations des clients. Il est aussi essentiel d’assurer une grande transparence relative à la finalité des investissements, pour éviter tout sentiment de greenwashing, et de rendre compte aux investisseurs des performances durables de ces choix.  

Soutenir la création de valeur en Europe

Les entreprises ont aussi un grand rôle à jouer dans la construction de l’Europe et dans les réponses à apporter aux crises actuelles. En la matière, l’investissement dans le private equity doit contribuer au développement des acteurs économiques de demain. À l’occasion de notre forum, Nicolas Renauld, Global Head of Private Markets d’Indosuez Wealth Management, a notamment pu partager ses réflexions sur les impacts de l'environnement économique actuel au niveau des investissements sur les marchés privés.

Il en résulte que pour maintenir un niveau de performances élevé dans un contexte plus tendu, il est important de faire preuve de sélectivité dans le choix de ses partenaires et des entreprises soutenues et de s’inscrire dans des démarches d’accompagnement à long terme visant la mise en œuvre d’une réelle stratégie entrepreneuriale de création de valeur. En visant l’excellence, l’investissement au niveau des marchés privés contribue à faire toute la différence.

La place financière luxembourgeoise, résiliente et agile

Alain Kinsch, président de la Bourse de Luxembourg, et Nicolas Mackel, CEO de Luxembourg for Finance, sont aussi revenus sur le développement de la place financière luxembourgeoise et sur les éléments qui ont fait son succès. Faisant preuve d’un grand pragmatisme, les acteurs de la place financière et les dirigeants luxembourgeois restent mobilisés pour proposer un cadre répondant aux attentes des gestionnaires de fonds internationaux comme à celles des acteurs de la banque privée. « En étant à l‘écoute du marché, nous nous inscrivons dans une démarche d’amélioration continue », a expliqué Alain Kinsch. Entretenant sa boîte à outils, veillant à préserver sa stabilité - caractérisée par un triple A –, Luxembourg se révèle être une place financière particulièrement résiliente. Si les défis sont conséquents, les opportunités sont nombreuses. Pour les deux hommes, il s’agit de renforcer l’expertise luxembourgeoise en développant des activités tout au long de la chaîne de valeur. Il y a lieu aussi de prendre position sur les thèmes actuels et futurs, comme la finance durable, thématique pour laquelle la place financière s’est imposée comme leader mondial.

Engagement philanthropique

Pouvant se manifester sous bien des formes, l’engagement philanthropique est une autre manière de contribuer aux défis actuels et futurs. Lors d’un échange avec Tonika Hirdman, directrice de la Fondation de Luxembourg, et Astrid Campistron, Déléguée Générale de la Fondation Indosuez et Head of ESG Development Indosuez Wealth (Europe), nous sommes revenus sur le développement de ce levier d’actions et sa capacité à répondre aux grands enjeux sociétaux.

Depuis quelques années, au départ de Luxembourg, s’est développé un écosystème performant dans le domaine de la philanthropie, permettant à nos clients d’être accompagnés qualitativement dans la mise en œuvre d’une démarche au service d’une cause qui leur est chère.

Manger et consommer autrement, entreprendre localement

Répondre aux enjeux sociétaux, construire la société de demain, cela passe aussi par une remise en question de nos modes de consommation, en privilégiant les ressources locales, en soutenant le savoir-faire luxembourgeois ou européen. A ce titre, les participants ont ainsi pu découvrir et apprécier la cuisine 100% végétale de René Mathieu, élu meilleur chef de légumes du monde en 2021 et 2022, qui excelle dans l’art de sublimer ce que la nature a à nous offrir, dans le respect de celle-ci et de nos besoins alimentaires.

04 décembre 2023

À lire aussi

Notre rapport de développement durable 2023 est sorti !

CFM Indosuez & la Compagnie des Ballets de Monte-Carlo réitèrent leur engagement

Grand Théâtre de Genève en image